La miniature pour les réseaux :
  1. Accueil /
  2. Actualités
  3. /

Le cauchemar des portails Microsoft

Sous le prétexte de services cloud donc directement disponibles, l’organisation des portails MICROSOFT a atteint le sommet de la lourdeur administrative au point que cela devient d’une complexité ubuesque.

Sous le simple souhait de vouloir à la fois commander des licences Microsoft 365 pour nous ET pour nos clients il s’avère qu’il faut créer 2 structures d’identification différentes (appelées MPN). Cette nouvelle règle de Microsoft (qui n’était soit pas connue par le passé soit pas appliquée) implique de nombreux changements dont certains peuvent même impliquer des migrations techniques si complexes que tous nos partenaires grossistes nous recommandent … de ne pas la faire.

Au final, cela impose donc pour une même société de disposer de 2 comptes partenaires (et donc 2 portails associés, 2 adresses emails différentes, 2 tenants Microsoft…) pour disposer d’un côté des licences à notre usage et de l’autre de celles de nos clients. Très naïvement je pensais que dans la notion de partenaire il y avait justement cette logique de revendeur et d’utilisateur interne. Que nenni !

Bien qu’aidé par le support spécialisé de CRAYON dont je loue la patience (plus que moi) il a fallu pas moins de 5 meetings entrecoupé de plusieurs escalades par leurs soins auprès de Microsoft soit plus de 7 heures.homme (*) au total uniquement pour pouvoir commander des licences de manière conforme aux exigences de Microsoft. Accessoirement nous avons subi concomitamment des mises à jour des ces portails ce qui fait que les procédures précédentes n’étaient que partiellement valides et certains liens non fonctionnels.

Je ne vous parle ici QUE du portail partenaire et des process afférents mais on pourrait en ajouter beaucoup avec les très nombreux portails pour chacun des services Microsoft (Azure, 365, teams etc…) qui ont chacun d’eux une complexité grandissante et des imbrications croissantes. Ces derniers subissent eux aussi continuellement des changements au détriment effectif de l’efficacité et même de la sécurité tellement les paramétrages sont innombrables.

Cela fait longtemps que je considère le cloud comme le plus grand piège jamais inventé par l’industrie informatique mais je ne peux que constater que malgré tous ses avantages celui-ci a aussi pour conséquence de déporter la complexité tout en cannibalisant les services IT et en faisant croire à l’utilisateur final que tout va se faire par magie… dans les nuages.

(*) 5 réunions de 30 minutes à 3 personnes (hors escalade chez Microsoft non comptabilisée).